HANDIVOL ?

 

Durant prés de 10 ans, l’activité a été forte nous comptions annuellement jusqu’à 15 élèves handi entre Bagnoles et Caen grâce notamment à l’action de Didier et de l’instructeur de l’époque Emmanuel.  

Vu que l’activité handi était plus forte à Caen que dans l’orne, il a été décidé avec Didier en 2002 de transférer l’appareil définitivement sur Caen ce qui a donné la naissance d’handivol.

 

Faire un don

 

C’est permettre à « RÊVE DE BOUCHONS 61 » d’atteindre son objectif :
Aider les personnes en situation de handicap à sortir de leur isolement. 

 

Pourquoi donner à « RÊVE DE BOUCHONS 61 » ?

Pour garantir l’indépendance de l’association et augmenter son efficacité. 

Pour améliorer la vie d’un français sur quatre.

Fiscalité

*« RÊVE DE BOUCHONS 61» est un organisme reconnu d’intérêt général ; vos dons bénéficient donc de l'exonération d’impôt.

Le don à « RÊVE DE BOUCHONS 61 » ouvre droit à déduction fiscale car il remplit les conditions générales prévues aux articles 200 et 238 bis du code général des impôts.

Particulier : Vous pouvez déduire 66% de votre don dans la limite de 20% de votre revenu imposable.

Vous faites un don de 10 €     Votre don vous revient à 3,40 €

Faire votre chèque à l’ordre : « RÊVE DE BOUCHONS 61 »

Un reçu de don vous sera transmis soit par courriel ou envoi postal

N’omettez pas de nous indiquer vos coordonnées merci.

Historique du mot handicap :

Le mot handicap vient d’une expression anglaise « hand in cap » qui signifie « la main dans le chapeau ». Cette expression était utilisée dans le carde d’un troc entre deux personnes, où il fallait rétablir une égalité de valeur entre ce qu’on donnait et ce qu’on recevait ; L’expression c’est progressivement transformé puis c’est appliqué au domaine sportif surtout pour les courses de chevaux, car un handicap dans ces courses correspondait à la volonté de donner autant de chances à tous les concurrents en imposant des difficultés supplémentaires aux meilleurs.

Historiquement, le handicap se définissait par opposition à la maladie, le patient était malade tant que son problème pouvait être pris en charge médicalement, il était considéré handicapé une fois que sa maladie été considérée comme une maladie incurable.

En 1980, le britannique Philip Wood a transformé la vision du handicap en le définissant comme un désavantage dont est victime une personne pour accomplir un rôle social normal du fait de sa déficience ou de son incapacité.

Cette définition a était par la suite critiquée pour avoir mis en avant l ‘aspect fonctionnel du handicap et pas assez son aspect social.

La déficience motrice se caractérise par une aptitude limitée à se déplacer, à exécuter des tâches manuelles ou à mouvoir certaines parties du corps.

(Sources les handicapés moteurs)


 

   une selle d'équitation adaptée pour personne en situation de handicap

 

 


Samedi 19 janvier 2013

Arrivage en provenance

 du « LIONS CLUB »

  de Bagnoles de l’Orne

  de 2 Tonnes de Bouchons

I.E.M. La Ferrière aux Etangs

Mercredi 16 janvier 2013

Enlèvement de 2 Tonnes de Bouchons

 

 Du 19 novembre au 1 décembre 2012 nous avons présenté au centre commercial Carrefour du Tremblay les tenants et aboutissants de nos actions d’écocityoennetés et de solidarités.

 

 

 

Le 11 novembre 2012 RDB 61

était présent au Cross de Montilly sur Noireau

    

Lundi 8 octobre 2012 Jean Marie a

présenté l’association« Rêve de Bouchons 61 »à l’école de Montilly sur Noireau

 

  Explications sur le parcours des bouchons en plastique, de la collecte, en passant par le recyclage et la fabrication de nouveaux objets. Avec le produit de la vente des bouchons le financement de matériel de loisirs au profit des personnes handicapées.

 

 

Interview de Monsieur Prevert

(source Les Handicapés moteurs)

Rencontre avec Gilbert Prévert:

 

 Gilbert Prévert est le vice président de la CAPF et était pendant 10 ans le maire adjoint à la mairie de Flers, dans le domaine social.

Son handicap est dû à la poliomyélite (polio) qui est une maladie très contagieuse provoquée par un virus qui envahit le système nerveux et peut entraîner une paralysie totale en quelques heures. Il attrapé cette maladie lors de la guerre d’Algérie en 1963 à ses 20 ans...

Ce qui lui a paralysé ses 2 jambes mais tout en gardant les sensations chaud/froid et les douleurs. Malgré cette maladie il a quand même put fonder une famille.

 

Durant la première année de son handicap Monsieur Prévert avait le sentiment de survivre, ensuite vient la prise de conscience de l’ handicap qui est difficile pendant les 3-4 années après, « je suis et je resterais ». De plus dans cette situation « l’entourage est très important, c’est là qu’on se rend compte qui sont nos vrais amis,au début on en a beaucoup et après il nous en reste peu » car la personne se reconstitue mentalement puis physiquement car il doit apprendre seul a manipuler son fauteuil roulant comme par exemple ce mettre sur les 2 roues arrières pour monter des trottoirs « Je suis tombé plusieurs fois avant d’y arriver »

Cela fait 40 ans qu’il vit avec son handicap et maintenant dans sa tête il ne se considère plus comme un homme en fauteuil roulant, la musculature de ses bras c’est développée, « mes bras musclés compensent mes jambes ». Les premiers fauteuil non-électrique pesaient 30 kilos, ce qui faisait pour une personne de 60 kilos qu’elle devait se déplacer avec ses bras pour un poids total de 90 kilos, ceci était donc trop lourd. Mais aujourd’hui la technologie a permit d’améliorer les fauteuil, ceux-ci pesant actuellement 12 kilos.

Cet homme étant passionné d’histoire, a beaucoup voyagé et a donc visité plusieurs châteaux dont le château de la Loire étant un monument classé dans l’histoire il n’est pas équipé d ‘ascenseurs et il est interdit de modifier les volumes et l’aspect extérieur, donc il a demandé aux touristes de l’aider à monter les marches en le portant avec son fauteuil, certains détournaient le regard et d’autre refusés, « Je demande à des étrangers car je pense qu’ils ne peuvent pas dire non, ce serait trop long a expliquer en langue étrangère » Monsieur Prévert nous a expliqué cela sur le ton de la rigolade. D’après lui il faut savoir rester raisonnable c’est à dire être capable de le faire seul avec quelques personnes, au lieu de vouloir faire l’impossible (gravir un sommet de montagne).

Pour une personne handicapée il y a forcément des humiliations par des personnes extérieur tels que ne pas être reconnue comme une personne valide, être prit pour un enfant c’est à dire que les autres s’adressent à lui comme-ci c’était un enfant. Les regards de pitié son prit aussi comme une humiliation « il ne faut pas y faire attention, et faire avec les personnes qui nous acceptent » de plus pour lui les PMR (personnes a mobilités réduites) sont un peu « fourre tout » car les personnes pensent directement aux personnes en fauteuil roulant, hors il y aussi les personnes qui ont eu un accident, qui ce sont fait opérées et qui n’ont pas retrouvées toutes les fonctionnalités du membres touché, mais aussi des personnes qui ont des problèmes respiratoires ou autres.

 

La ville de Flers est une ville où il y a beaucoup à faire, mais malgré ce manque il y a la salle culturelle de Madelaine Louaintier qui est accessible grâce à l’aménagement d’un ascenseur. De plus le forum et la médiathèque sont accessible mais les toilettes du forum sont mal aménagées car il faut descendre à l’étage du dessous pour aller se laver les mains. Monsieur Prévert nous a indiqué aussi que la salle des fêtes était limitée dans l’accessibilité. Puis nous avons appris par la suite que les lieux privés étaient dans l’obligation de faire des accessibilités pour faciliter les déplacements mais seulement quand ils feront des rénovations. Les rues de Flers, ont besoins de rénovations car les trottoirs ont beaucoup d’obstacles comme les fleuriste qui éparpillent leurs fleurs qui obstruent le passage ou comme les cafés où les chaises gênent le passage malgré la règle de laisser 1m40 de libre sur le trottoir quand les consommateurs prennent place sur les chaises, ils mordent sur ce passage. Puis les passages cloutés de type bateaux ne sont pas suffisant, il faudrait plutôt mettre en place des passages piétons sur-élevés pour qu’ils soient au même niveau que les trottoirs, puis la rue principale de Flers et trop en pente mais ce problème ne peut être résolu. De ce fait les personnes à mobilité réduite vont plus dans les grandes surfaces que dans le centre ville car elles sont mieux aménagées, ceci est dommage car d’après monsieur Prévert « le centre ville est plus conviviale , alors que quand on se retrouve dans les grandes surfaces nous avons l’impression d’être dans une fourmilière ». Malgré ces petites modifications qui seraient nécessaires, Gilbert Prévert nous a parlé des points positifs de notre ville qui sont depuis 4 ou 5 ans la mise en place des transports en commun, c’est à dire qu’il y a un véhicule à disposition qu’il faut appeler la veille pour venir nous chercher c’est un système de transport à la demande. De plus monsieur Prévert nous a fait part d’une prévoyance de Flers qui serait de faire une voie réservée aux personnes à mobilité réduite. Ces modifications vont nécessiter beaucoup de travaux car si les trottoirs se retrouvent modifiés ils va falloir modifier les entrées des maisons et des garages privés.

Monsieur Prévert, dû à sa position dans la ville donne régulièrement des idées d ‘aménagements au près de la mairie pour qui que ce soit (handicap, origines,...).

Son avis personnel:

Pour finir notre entretien avec Monsieur Prévert nous lui avons parlé du film « intouchable », ceci l’a fait sourire, car ne l’ayant pas vu il nous a dit ce qu’il pensait des extraits, « si il faut être handicapé vaut mieux être riche, car si il n’avait pas eu les moyens il n’aurait pas pu avoir une aide, de belles voitures..., imaginez une personne au SMIC, Comment ferait-elle ? »

 

Visite de nos installations de tri et de stockage

des bouchons dans les locaux de

La REDINGOTE rue Simons à Flers

Le vendredi 22 juin 2012 les élèves de 3ème EA du LEP rural privé Notre Dame de Briouze sont venus en visite à notre local de tri et de stockage rue Simons à Flers.

Ces 7 élèves et leurs 2 accompagnateurs ont suivi avec intérêt les explications sur le circuit du recyclage des bouchons ainsi que les commentaires sur les retombées financières permettant l'achat de matériel Handi loisirs.

Nos locaux de stockage se situant sur le site de la Redingote, les élèves ont profité de leur temps disponible avant de reprendre le train pour Briouze, pour visiter le début du circuit de recyclage des vêtements et chiffons.

Nous sommes là vraiment, dans le domaine de l'Ecocitoyenneté et de la Solidarité.

Les membres du bureau de notre association R.D.B. 61 remercient Madame Jaglin qui anime depuis plusieurs années la collecte des bouchons au LEP rural privé Notre Dame, nous lui souhaitons une bonne retraite, l'échéance étant arrivèe.

RÊVE DE BOUCHONS 61

a financé l'achat d'un Handbike

au R.C.V.V.

 

Présentation de notre associationà l'école primaire de La Chapelle au Moine le mardi 19 juin 2012.

 

Bertrand et Jean Marie ont présenté aux 80 élèves le travail qui est effectué :

- la partie Ecocitoynneté :

le parcours des bouchons en plastique, de la collecte, en passant par le recyclage et la fabrication de nouveaux objets.

  - la partie Solidarité :

le produit de la vente des bouchons permettant de financer l'achat de matériel de loisirs au profit des personnes handicapées.

Vous souhaitez nous écrire ?

Notez vos coordonnées et déposez votre message.

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.

Vous souhaitez nous écrire ?

Notez vos coordonnées et déposez votre message.

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.